La Savane des Esclaves

Djeunz

Pour notre première semaine en Martinique, nous avons eu le temps de visiter un musée, la Savane des Esclaves aux Trois Îlets. Ce musée est particulier vu qu’il est en plein air et en lisière d’une forêt très dense. Cette visite nous a pris une heure dont une vidéo de 30 minutes. Les M&M’s vont vous présenter ce qu’ils ont retenu de cette visite sous la forme d’une petite rédaction avec des photos.

Note: pour vous épargner un aller simple aux urgences pour un décollement de rétine, nous nous sommes autorisés à corriger les quelques « fôtes d’aurtôgraffe du taixte horiginal ».
Stephanie & Paul

En première partie, l’histoire de la population de la Martinique, en second le commerce triangulaire et les commerces impliqués, et en final les conditions de vie des esclaves dans les iles caraïbéennes.

Une case de la Savane des Esclaves

L’histoire de la population de la Martinique nous a été présentée à travers une vidéo et les statues exposées dans l’enceinte. Tout commença avec les Arawaks qui sont les premières populations à vivre en Martinique. Les Arawaks étaient pacifiques et ne cherchaient pas la guerre. Ils vivaient paisiblement de leurs récoltes, la chasse et la pêche. Le jour où les indiens caraïbéens sont venus envahir leur territoire, les Arawaks qui étaient pacifiste ne sont pas battues contre les caraïbéens.

Les envahisseurs ont alors tué tous les hommes et les enfants mais ont laissé les femmes en vie pour la continuité de leur race. Jusque-là les caraïbéens défendent bien le territoire martiniquais contre les menaces extérieures.

Christophe Colombe passera par la Martinique mais réalise que ce n’est pas l’Inde donc partira rapidement du pays. C’est seulement en 1635 que les français ont pris le contrôle de la Martinique. Les 150 français menés par Pierre Belain ont rapidement envahi l’ile grâce à la différence technologique des deux populations.

Le commerce triangulaire commença pas longtemps après, les européens partaient pour l’Afrique avec du tissu, des armes, de l’alcool et d’autres ressources. Une fois en Afrique, ils échangeaient les ressources pour des esclaves qu’ils envoyaient dans les Antilles, dont la Martinique.

Le commerce triangulaire entre l’Europe, l’Afrique et les Antilles

Le commerce triangulaire a été très bénéfique pour l’Europe car les ressources exotiques étaient très demandées et vendues à des prix très hauts.

Pendant le commerce triangulaire les esclaves étaient amenés en Martinique par bateaux, il y avait beaucoup d’esclaves à bord et le voyage était long.

L’allée des cases d’esclaves à la Savane des Esclaves

Dès leur arrivée en Martinique, les esclaves se mettaient directement au travail, tous les jours ils se mettaient au travail dès le lever du soleil et ils s’arrêtaient de travailler au coucher de soleil. Ils dormaient le plus souvent à quatre dans une case qu’ils appelaient la case des nègres. Ils avaient une hygiène terrible car ils ne pouvaient pas se laver. Ils étaient très mal nourris ce qui les amenait à manger les biens du champ et se faisaient punir. En punition ils devaient porter un masque en métal toute la journée pour les empêcher de remanger les biens du champ.

Ils se faisaient aussi punir s’ils s’échappaient, au premier essai les maîtres leur coupaient leurs oreilles et leur tatouaient au fer chaud la fleur de lys sur l’épaule. Au deuxième essai ils leur coupaient une jambe et leur brulaient une fleur de lys sur l’autre épaule. Et au troisième essai ils leur coupaient la tête et la mettaient sur un piquet pour que tout le monde la voie ou ils les pendaient avec un crochet par leurs côtes.

Quand les maîtres avaient peur que les esclaves s’enfuient, ils leur mettaient des chaines aux pieds ou un collier avec quatre barres de chaque côté pour les ralentir en cas de fuite.

Si l’esclave n’était pas assez rapide au travail il se faisait fouetter. Ils forçaient les femmes à l’avortement et les violaient aussi. Parfois les esclaves ne pouvaient plus résister la torture et à la pression donc ils se mutilaient ou se suicidaient en signe de révolte.

Les esclaves ont commencé par se révolter en mettant feu aux champs, aux réserves ou même aux habitations, en transmettant les cultures et les traditions africaines (musique, danse), en empoisonnant du bétail ou parfois en assassinant le maitre et sa famille.

Le musée était intéressant et nous a beaucoup appris sur la vie des esclaves, la forêt et les jardins créoles. Le fait qu’il soit en plein air, nous mets une ambiance agréable.

Une fleur d’Heliconia
Une autre plante tropicale

Nous avons aussi bien aimé les glaces aux fruits exotiques fabriquées sur place!

Sources:
Image commerce triangulaire : http://cm1dazal.over-blog.com/

A lire également

Un Commentaire

  1. What for a sad adventure my friends !!! 🙁 😉
    They maybe could write in English to avoid readers any eyes troubles !!! ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *