L’habitation Clément

Djeunz

On a visité une rhumerie ce mercredi, « l’habitation Clément » au François.

La visite commençait par un tour dans un parc enrichi d’œuvres d’art de différents artistes. Les œuvres étaient de tout type et étaient magnifiques.

Celles-ci sont mes oeuvres préférées – Melina

Je vais néanmoins vous parler de ce que j’ai particulièrement aimé durant cette visite. La première chose qui m’a beaucoup plu c’est d’arriver au hangar où il stockent le rhum dans des barils de bois. L’odeur que la pièce dégage est assez impressionnante, on peut sentir l’odeur du rhum parfumé au bois.

Voici une photo d’un des hangars où ils stockent les barils

La 2ème chose qui m’a vraiment impressionné c’était les grosses machines de l’ancienne distillerie, voir des énormes roues crantées avec leurs gigantesques écrous bouger lentement, trempant dans l’huile noire.

C’est avec ces machines qu’ils faisaient du rhum à l’époque

L’histoire de la maison Clément débute avec l’installation d’Homère Clément à l’Acajou en 1887 et se confond pendant un siècle avec celle de sa famille. Homère Clément étudie la médecine à Paris, puis rentre en Martinique et s’installe au François dès l’obtention de son diplôme en 1878. Il y exerce jusqu’à la fin de sa vie. Nommé « médecin des ingrédients » de la commune, Homère Clément entreprend une carrière politique comme maire en 1886.

Le rhum n’est pas seulement apprécié comme digestif ou pour la pâtisserie. On lui attribue de nombreuses qualités dont celle d’avoir des vertus médicinales.

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *